MoyositeAccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le carnet de Khaalya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Khaalya
Bourreaute officielle
avatar

Nombre de messages : 845
Age : 33
Classe : C'est vital!
Date d'inscription : 08/05/2007

MessageSujet: Le carnet de Khaalya   Dim 4 Nov 2007 - 21:53

(Voici un petit texte que j'ai écrit y'a bien longtemps, mais qui reste une partie du BG de Khaalya, donc je le transporte avec moi smile )

Khaalya sautait de toit en toit dans la nuit. Son poursuivant, malgré son manque d’agilité et son poids tenait bon depuis près d’un quart d’heure. Incroyable. Elle savait qu’en le défiant elle aurait affaire à forte partie, mais ne pensait pas avoir à fuir comme elle le faisait actuellement.

Tout avait commencé quelques heures plus tôt. Krys était arrivé en courant et criant dans la rue, l’effort faisait rougir ses joues. Khaalya, qu’une adolescence difficile avait pourvu d’une sagesse précoce, avait doucement relevé la tête de la pierre précieuse qu’elle examinait pour regarder calmement le jeune humain arriver.
Elle était assise en bas de chez elle, une maisonnette louée à un prix d’or pour ce qu’elle valait, comme il en existe tant dans les ruelles insalubres d’Astrub. Cela puait les excréments et le vomi d’ivrogne, et il valait mieux ne pas s’y s’attarder désarmé à la nuit tombée. Mais comme ses parents avaient tout perdu à la fin de leur vie, Khaalya n’avait que de maigres ressources pour vivre et devait se satisfaire de peu. Elle prenait le bon côté des choses en se disant qu’elle s’endurcissait de cette manière, et que le jour ou elle deviendrait riche, elle saurait garder la tête froide.

Le garçonnet, plié en deux, la tête baissée et les mains sur les genoux, peinait à reprendre sa respiration. Elle le regarda avec tendresse. Ce jeune humain était devenu un compagnon d’infortune assez rapidement quand elle avait emménagé dans le quartier. Orphelin de mère et ayant un père alcoolique et violent, il passait son temps à chaparder çà et là. Elle l’avait surpris alors qu’il essayait de l’espionner en train de se déshabiller un soir avant de se coucher. Précoce, le gamin. Elle était parfaitement consciente qu’il était amoureux d’elle, mais si leur trop grande différence d’âge la repoussait, elle était quand même très attachée à lui.
L’embrassant sur la joue pour le calmer, elle produisit exactement l’effet inverse. Tournant du rose au pourpre, le gamin se mit à balbutier. Se reprenant, il arriva enfin à articuler. Teluob était de retour.

Au son de ce nom, Khaalya ne pu s’empêcher de se raidir. Tous ses poils se hérissèrent dans son dos et ses babines se retroussèrent pour laisser apparaître ses canines pointues. Elle eu l’air si terrifiante que le gamin recula en blêmissant.

Enfin ! Après des années passées à sa recherche, il venait se livrer à elle. Ses parents étant devenus ses esclaves, il avait très tôt utilisé son droit de vie et de mort sur eux, dans le comportement violent et égocentrique propre aux démons. Il les avait torturés à mort pendant trois Lunes pour une histoire de tâche sur son tapis en poils de Wa Wabbit.
Il était plus que temps qu’il paie.

Montant chez elle pour chercher son épée, Khaalya se remémora ces deux dernières années passées à parcourir des lieues dans les landes de Sidimote, à combattre des chaffers, Sorbuts et Ouginiacs. Sa force avait considérablement augmenté, et elle se sentait prête à terrasser l’Iop, qui devait commencer à se faire vieux.

Glissant son épée parfaitement astiquée dans son fourreau, elle se diriga vers la taverne. Il était encore un peu tôt, mais qu’importe, elle l’attendrait. Il ne pourrait manquer de passer boire une bière d’Astrub, célèbre dans toute la comté. Elle s’assit dans un coin sombre et rumina des pensées qui ne l’étaient pas moins.

La taverne se remplit peu à peu, et les premières bagarres éclatèrent, vite noyées sous des litres d’alcool. Tout à coup, vers 23h, un brusque silence se fit dans la taverne. La porte venait de s’ouvrir et un être à la stature gigantesque venait d’entrer. La large épée qui parait son côté imposait le respect. Une cape légère et faite de tissu riche lui couvrait les épaules, un capuchon laissant paraître quelques cheveux blancs. Sa tunique était noire, barrée d’un croix rouge sang. Son visage, terrifiant, hypnotisant, était pâle comme la mort.

Un souffle glacial emplit la salle. Khaalya, luttant contre l’engourdissement et sentant son sang s’échauffer à la vue de cet être, se leva d’un bond pour barrer le chemin au démon.
D’abord surpris, les yeux de ce dernier se plissèrent, et sa bouche finit par former un rictus sarcastique, qui se transforma bientôt en un rire toniturant, faisant s’évanouir de peur les deux pirates qui cinq minutes se battaient une pièce du trésor de Badoul autour de leur choppe, à grand renfort de vantardise sur leur puissance.

Ne s’en laissant point compter, sans un mot, Khaalya sorti sa lame flamboyante et chargea.
Le démon, sans cesser de rire, ne fit qu’un geste de la main qui envoya notre jeune chatte valdinguer dans les tables. Pas si sénile, le vieux. La partie allait être plus tendue que prévu. Les spectateurs formèrent rapidement un cercle en renversant les tables autour des deux combattants, pour ne rien rater mais ne pas risquer de prendre un mauvais coup. Pendant plus d’une heure, ils combattirent au corps à corps, sans laisser un pouce de terrain à l’autre. Si Teluob était plus puissant, Khaalya avait l’avantage d’être plus légère et agile que lui, ce qui lui permettait d’éviter la plupart des coups qui auraient tranché un Abraknyde en deux. La milice avait vite été attirée mais n’osaient prendre part au combat pour séparer les assaillants, de crainte de finir taillés en rondelles par la Razielle du démon.

Sentant la fatigue venir, Khaalya réfléchit en continue à esquiver les coups. Elle ne pourrait décidément pas battre son ennemi juré sur son propre terrain, et malgré la promesse qu’elle s’était faite, il allait falloir utiliser le bluff. La célèbre chance des Ecaflips. Que son dieu soit avec elle.
Bondissant entre les tables, elle se fit suivre par Teluob jusqu’à l’escalier qui montait au toit de la taverne.

C’est ainsi qu’il se trouvèrent à courir de toit en toit dans la nuit, guidés par le seul reflet de la lune sur leurs armes. Réussissant à prendre quelques mètres de distance, Khaalya tenta le tout pour le tout. Elle fit semblant de glisser sur une des tuiles instables qui garnissaient les toits d’Astrub, et de tomber dans le vide. Une chute de ces hauteurs aurait été fatale à n’importe quel être vivant. Elle se rattrapa au dernier moment à la goutière, priant Ecaflip pour qu’elle tienne suffisamment longtemps.

Elle entendit le pas lourd de son poursuivant qui arrivait, son souffle rauque laissant trahir une grande fatigue. Il s’approcha du bord et laissa échapper un juron. Il aurai bien aimé s’en charger lui-même. Profitant de ce qu’il se reposait quelques instants en regardant la ruelle en contrebas, Khaalya grimpa subrepticement les quelques centimètres qui les séparaient. Elle banda tous ses muscles. Jaillissant comme un tofu-surprise, elle agrippa la jambe de l’Iop et tira de toutes ses forces.

N’étant pas préparé, le vieux laissa échapper un cri assez peu viril en basculant dans le vide, avant de se fracasser le crâne contre les pavés irréguliers.

L’écaflip s’assit sur le bord du toit, laissant ses jambes pendre dans le vide. Elle inspira un grand coup l’air de la nuit. Enfin. Elle avait accompli sa vengeance. Pourtant, elle ne ressentait pas le soulagement qu’elle avait espéré. La détresse de la perte de ses parents avait été tellement grande, que la simple mort de leur bourreau ne lui suffirait jamais.

Son âme était condamnée à pourchasser des démons pour l’éternité.


Dernière édition par le Dim 4 Nov 2007 - 21:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khaalya
Bourreaute officielle
avatar

Nombre de messages : 845
Age : 33
Classe : C'est vital!
Date d'inscription : 08/05/2007

MessageSujet: Re: Le carnet de Khaalya   Dim 4 Nov 2007 - 21:56

(Je me permets de rajouter aussi des textes que j'ai écrit pour la Caravane. Si jamais cela vous gêne, dites le moi ou enlevez les directement. Mais encore une fois, c'est mon BG wink)

12 Apérirel 637

Khaalya prit un bonne partie de l'après midi à écrire proprement quelques mots dans son carnet, prenant bien le temps de former chaque lettre.
Intellectuellement exténuée, elle décida de sortir de dégourdir les pattes et les griffes sur quelques mulous, laissant son carnet ouvert sur son bureau:



" 11 apérirel - Vodka nou a parler d'un mal jone violé, pask'on a farctu fracturationn cassé la porte de ca roulote et ècri ses mau sur le sol.
Il ne veu pa dir plusse, mé je croa kil cash kelkechause."


15 Apérirel 637

Khaalya n'arrivait pas à dormir malgré la fatigue...
Trop de chose s'étaient passées ces derniers jours... Toutes ces apparitions, ces êtres sans forme, sans visage, dans leurs capes violettes. Tout s'embrouillait dans son esprit, il fallait mettre ca au clair.
Elle se leva de sa couche et alluma une petit bougie arrachée au casque d'un mineur sombre, puis ouvrit son carnet. Exténuée, elle mit du temps à former ces fichues lettres sur ce fichu tas de papier...


"Ojourdui gé santi un ombre pacé derier moi. Gé entendu un rire à glacer le san, mé j'étai seul et personne ne pourra confirmer c ke je dis...
Gé parler à Odhana, elle n'a pas l'ère malhonet. Je me méfie toujour un peu d'elle, apré tou elle est arrivé y'a pa longten, à peu prè o momen ou tou ca a commencé.
Laitre qu'el ma décri me di kelkechoz, peu être in de ses individu bizar au cimetièr d'Amakna. Il fau que je vérifi"

Ayant mis une bonne heure pour écrire ces quelques lignes, la fatigue l'emporta dans un sommeil agité.


20 Apérirel 637

Aujourd'hui je me suis rendueau cimetière d'Amakna.
J'y ai trouvé deux individus correspondant à la description faite par Odhana. Malgré leur étrange manière de parler, j'ai pu apprendre qu'ils se dénommaient Boudde Spencer et Terence Houlle.
Je me demande s'ils ont un rapport avec nos visiteurs...


Dernière édition par le Dim 4 Nov 2007 - 22:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khaalya
Bourreaute officielle
avatar

Nombre de messages : 845
Age : 33
Classe : C'est vital!
Date d'inscription : 08/05/2007

MessageSujet: Re: Le carnet de Khaalya   Dim 4 Nov 2007 - 21:57

( Pour plus de facilité de lecture aussi bien que d'écriture, je laisse tomber les fôtes horribles que Khaalya sait si bien faire, mais lisez ca comme s'il s'agissait encore de mon carnet )

24 Apérirel 637

Je me sens bizarre depuis hier soir...

Quelle soirée! J'en ai encore une amertume. Qu'est-ce qui m'a pris? C'est vrai que je me sens un peu rejetée, exclue a cause de mon manque d'éducation et de culture, qui me laisse sujette à toute mauvaise blague des intolérants, mais de là à finir comme ca... Il faut que je me reprenne, ce Trooll aurait largement pu m'achever si je n'avais pas eu sur moi cette potion de rappel préparée par Ergo.

C'est malin aussi cette idée stupide que j'ai eu de vouloir noyer mon chagrin dans l'alcool. Comme quoi ca montre bien les effets néfastes de cette substance.

Heureusement que Vodka et Coko ont pu arriver à temps et trouver Aile-de-Lune. Il nous faut vraiment un autre Eniripsa dans la Caravane, il suffit qu'Alka s'absente pour que nous soyons en danger, incapables de soigner la moindre blessure.

Encore que... Ce sang de Vampire que Coko m'a fait boire m'a mystérieusement soignée, au moins en partie. Je me sens un peu comme dans du coton depuis, mais je pense que ce n'est qu'un effet secondaire passager. Tout comme ces courts instants où tous mes muscles se crispent et ma vision se trouble d'un voile rouge. Bah, ce n'est sans doute rien...

Il faudra vraiment que Odhana finisse par passer à table. Cette crâette a l'air de vraiment cacher quelquechose, je ne l'ai pas sentie franche hier, malgré mon agressivité. Si seulement Vodka n'avait pas commencé à l'initier à sont prétendu art du complot aussi, ca ne facilite rien...


25 Apérirel 637

Du sang... J'ai toujours plus envie de sang...

Pourtant je n'y trouve aucune satifaction. Ce Koalak griotte hier avait un goût fade, j'en ai presque tout recraché, malgré les litres que j'ai ingurgités en quelques instants.

Je crois que mes compagnons se posent des questions à mon sujet. Me voir prendre l'animal à la gorge de cette manière a du les effrayer.

Je dois dire que je ne suis pas très rassurée non plus, ce genre d'envie ne m'était jamais venue de manière aussi forte. Je n'arrive tout simplement pas à résister à l'envie... Et pourtant, rien ne semble la satisfaire.

Je me suis surprise à croquer dans un Kolérat en espéraant que son sang me procure du plaisir, mais rien n'y a fait.

J'ai peur... peur de devenir un animal... Même mon cher Robert, mon si mignon petit bwak, si fidèle, semble commencer à avoir peur de moi. Il reste à mes côtés mais est visiblement inquiet, me jetant régulièrement des coups d'oeil farouches.

Je me rapelle du sang de vampire que Coko m'a donné... Il était si bon! J'en sens presque encore le gout sur ma langue, je le sens couler dans ma gorge et me donner une force étrange.

J'irai faire un tour au cimetière ce soir, rencontrer quelques vampires.

Est-ce que tout cela a un lien avec cette mystérieuse apparition de l'autre nuit? Sans doute pas, mes compagnons ne semblent pas ressentir la même chose que moi, alors quíls ont aussi été en contact. Enydogre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khaalya
Bourreaute officielle
avatar

Nombre de messages : 845
Age : 33
Classe : C'est vital!
Date d'inscription : 08/05/2007

MessageSujet: Re: Le carnet de Khaalya   Dim 4 Nov 2007 - 22:18

31 (mai) 637

Je suis rentrée incroyablement fatiguée hier soir, et le coeur empli d'une sensation bizarre.

C'est comme si une partie de ma vie était effacée de ma mémoire. La seule chose dont je me rapelle est de m'être éveillée dans cet atelier des pêcheurs d'Astrub.

Je suis au sol, entourée d'un cercle de pollen à l'odeur entêtante. Plus loin dans l'atelier, des visages familiers semblant encore sous le choc d'un terrible évènement venant de s'accomplir. Au moment ou j'ouvre les yeux, un nuage de fumée rouge sang se dissipe au milieu du groupe formé par Ergodyne, Vodkazawa, Euphoriane, Djory et Concise.
J'ai beau les questionner, ils restent très égnimatique et une grande fatigue semble restreindre leur enthousiasme à me répondre.
Mon cher époux semble s'être battu, à en juger par les traces de griffures sur sa tunique, mais il élude mes questions en parlant d'une morue qu'il a pêchée avec Vodka particulièrement grosse et vivace.
Djory, lui, me touche deux mots sur un démon qui aurait été arrêté en plein milieu d'une folie meurtrière dans Astrub, buvant le sang de ses victime. Terrifiant.
Mais je ressens une fatigue immense, et ne tarde pas moi même à prendre congé de mes amis.
A peine rentrée à ma roulotte, je m'effondre dans un sommeil agitté


Des images de violence se succèdent dans mon sommeil. Je souffre, j'ai faim, mais rien ne me repaître.
Je me rapelle d'un temple. Une vois une Ecaflip y commettre des atrocités.
Mon dieu, est-ce moi? Tout es flou...
Cette même Ecaflip est maintenant en train de trancher la gorge d'un Vampire, baignant dans le sang de ceux qu'elle vient d'achever.

Non... Non! Je ne peux pas croire que ce soit moi! Je m'en souviendrais! Je suis capable de violence mais pas ca!

Tiens? Où suis-je maintenant? Encore ce Temple? Mais je n'arrive pas à y entrer. A peine je touche la porte, je me jette en arrière en hurlant de douleur et de rage, me tenant mon museau brûlé.

Une voix me guide maintenant... Je me retrouve sous Astrub, un éniripsa aux couleur de sang me parle... Il me parle d'un autre Temple, de mon destin... Je suis hypnotisée par ses paroles. Il me demande de semer terreur et destruction dans Astrub. Je ne peux que lui obéir, je sais au fond de moi que cela comblera ma faim.

De nouveau des scènes de violences atroces. Ces pauvres Astrubien n'ont que le temps de me voir avant de baigner dans leur propre sang. La plupart se relèvent instantannément, transformés en vampires, mais pour se rendre compte que leurs souffrances ne faisaient que commencer.


Je me débats dans mon sommeil. Je n'ai pas pu faire ca!

Je me vois maintenant poursuivie par toute la cité. Serait-ce Euphoriane là bas? Je saute dans une ruelle en rugissant, écrasant sans pitié un clochard qui bavait devant un étal de poissons. J'arrive au bout de la ruelle, quand tout a coup, Vodka fait irruption, brandissant sa puissante baguette irréelle


Je me réveille en sursaut. Etait-ce seulement un mauvais rêve? Cela paraissait si réel. Tant de choses s'étaient passées que je n'aurai pu rêver tout cela en une nuit.

En me levant je me rends compte de toutes ces courbatures qui ankylosent mes muscles, témoins de grand efforts physiques récents.

Je devrais écrire mon rêve dans mon carnet intime, il est trop étrange pour être oublié.
Ah, voilà le carnet sur ma table... Je le feuillette un instant, cherchant des mots simples pour écrire mes pensées. Vodka ne m'a toujours pas donné ces cours d'écriture dont il avait parlé.

Mais? Qui a écrit dans mon carnet? Ces lignes ressemblent à mon écriture.


Citation :
Du sang... J'ai toujours plus envie de sang...

Et maintenant une note d'Odhana... Quelle fouineuse!
Oh, ces lignes là me font frissonner, j'y reconnais à peine mon écriture. J'étais visiblement prise de démence quand je les ai rédigées. Mais... Cette encre... c'est du sang?

Alors ce rêve...

Mon dieu qu'ai-je fait?


Khaalya sur rua hors de sa roulotte à la recherche de ses amis, son époux adoré, tout ces gens qui lui étaient si chers et à qui elle avait du faire tant de mal.

Peut être était-il encore temps de se rattraper? Peut être avaient'ils moyen de combler sa mémoire défaillante?

(Voilà, ces textes faisaient partie d'un long event Caravanier, i lexplique en partie mon caractère un peu sanginolent biggrin )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khaalya
Bourreaute officielle
avatar

Nombre de messages : 845
Age : 33
Classe : C'est vital!
Date d'inscription : 08/05/2007

MessageSujet: Re: Le carnet de Khaalya   Dim 4 Nov 2007 - 22:19

26 jouillier 637.

Khaalya était inquiète.

Depuis quelques mois, la Caravane avait été très malmenée.

Elle se rappelait avec un brin de nostalgie son arrivée au milieu de personnages hauts en couleurs, qui formaient un groupe si soudé et dynamique malgré son petit nombre.

Krapette, cette douce Ecaflipette qui avait le don de vous mettre le baume au coeur d'un simple geste de la patte, une simple attention d'une douceur qui vous aurait donné envie de l'appeler 'Maman!'.

Osahirashira, l'Osamodette à la peau violette et aux milles Tofus, dont l'esprit et le charme naïf, mêlés à sa fragilité, la rendait appréciable en tout moment.

Eremos, le fier Iop, bras droit et ancien meneur de la roulotte des guerriers, qui n'existe plus désormais.

Hazeel et Thorn, les inséparables. Le Sram et l'Eniripsa étaient à l'époque de terribles guerriers, étant capable de conjuguer leurs efforts dans des techniques de combats que seule leur comunion d'esprit pouvait permettre.

Ecalienta, cette jeune apprentie, si méritante malgré sa timidité maladive.

DamselKat, qui avait provoqué le départ de plusieurs Caravaniers suite à une divergence d'opinions et un accrochage un peu violent.

Tous ces noms résonnaient dans l'esprit de la féline. Par la suite, d'autres étaient venus chercher quelquechose dans la Caravane, certains l'avaient trouvé et étaient repartis. D'autres avaient disparu sans laisser de trace.

Récement encore Alka-Seltzer, sa frêle filleule, les avait abandonnés pour se concentrer sur ses études à la biblitohèque de Pandala.
Khaalya avait reçu une bonne nouvelle quelques jours plus tôt cependant. Une lettre lui était parvenue, dans un language dont Khaalya même avait pu apprécier la qualité d'éducation qu'il reflétait. Se concentrant durant une bonne heure pour ne rien rater du récit, elle sourit doucement en comprenant que l'Eniripsa était sur le point d'obtenir son diplôme, et qu'elle espérait les rejoindre sous peu.

Juste au moment ou Ergodyne planifiait un voyage de longue durée, dont il n'avait pas encore voulu donner la raison. Il était rentré un soir, une ride soucieuse lui barrant le front. Khaalya s'était empressée de savoir ce qu'il se passait, mais malgré ses assauts d'attention et de douceur qu'elle ne réservait qu'à lui, il n'avait rien voulu dire. Cela devait certainement représenter quelquechose de grave pour lui, et peu être encore pire, pour l'ensemble des Caravaniers.

Tout ca, sans même parler de ce terrible évènement qui l'avait mise à la merci de Vent Pyre.

Mais il y avait de bonnes choses qui arrivaient aussi. Odhana, avec toutes ses couleurs et son brin de folie, étaient venue secouer chacune des roulottes, souvent au prix de faire rentrer Khaalya dans des fureurs à faire fuir un Trool.

Coko, malgré son caractère taciturne, et son indécision quand à s'intégrer à une roulotte, était vite devenu un ami sur lequel on était sur de pouvoir compter.

Puis Belomen, ce jeune Ecaflip un peu mou, mais qui attirait un certain respect de la part de Khaalya. Il semblait obstiné et la Minotoris voyait en cela une grande qualité. Elle avait été très inquiète durant son absence soudaine et pas encore justifiée. Peut être s'expliquerait-il un jour? Son récent mariage avec Odhana semblait déjà prendre quelques coups, mais Khaalya serait pr6ete à faire tout ce qui était en son pouvoir pour le soutenir.

Zarlok. Le xélor au mauvais caractère passait son temps à s'accorcher avec Odhana, qui, il faut bien le dire avait une tendance à s'accorcher avec tout le monde. Mais les piques qu'il lui envoyait faisaient souvent rire la guerrière, et de toutes façons sa seule manière de manier les dagues et son potentiel au maniement du marteau lui suffisaient à apprécier sa compagnie.

Et enfin Volrane. Un renouveau dans la Caravane, qui n'avait jusqu'à ce jour pas accueilli de disciple de Sadida. Khaalya voyait cette arrivée d'un très bon oeil. Pour elle, cela marquait une nouvelle étape dans ce long voyage.

Cette nouvelle équipe paraissait prometteuse, et peut être d'autres la rejoindraient. Mais comme face à toute nouveauté, la Minotoris avait une légère apréhension.

S'ébrouant pour chasser le frisson qui lui courrait dans la nuque, elle alla cherche Vodka et sa hache. Fichus abraknydes sombres, y'en avait pas un qui cracherai une ambre!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khaalya
Bourreaute officielle
avatar

Nombre de messages : 845
Age : 33
Classe : C'est vital!
Date d'inscription : 08/05/2007

MessageSujet: Re: Le carnet de Khaalya   Dim 4 Nov 2007 - 22:20

7 Juinssidor 637

Totalement exténuée, aussi bien physiquement que moralement, Khaalya s'effondra au fond du boyau au petit matin, incapable de faire un pas de plus, et sombra dans un sommeil proche du coma.

Toute sa force et son caractère avaient été durement mis à l'épreuve la veille. De terribles nouvelles s'étaient enchainées, comme tout autant de coups fatals que le légendaire Grozilla aurait pu porter à un pauvre petit boufton.

La lettre d'Ergodyne... Le départ de Volrane... La mort de Belomen...

Elle n'avait pas bien compris pourquoi Volrane était partie. Une histoire d'arbres. Sans doute fallait il être Sadida pour comprendre ces choses là. Mais si la jeune femme avait passé peu de temps avec eux, Khaalya s'était déjà attachée à elle.

Mais par dessus tout, la mort de Belo... Quand Leekhan lui avait annoncé avoir trouvé son corps, elle n'avait pas voulu montrer ses sentiments. Une guerrière ne pleure pas, une Minotoris réagi, venge et frappe vite. Elle leur avait demandé à tous, ce qui était peu dire vu qu'Odhana venait de s'enfuir en courant, de rester dans leur roulottes jusqu'à son retour.

Le visage crispé, l'esprit embrumé, elle s'était dirigée vers la forge, où Sue Chi l'attendait pour lui concevoir un nouvelle lame accérée. Une dague... Tout comme celle qui avait porté le coup fatal à son ami, son protégé. L'assassin aurait la monnaie de sa pièce. Au centuple.

La lame sorti du fourneau, luisant d'un éclair émeraude. Le marteau habile de Sue en fit un instrument meurtrier, qu'elle serti de pierres lui conférant une puissance qui fit frissonner la féline lorsqu'elle toucha le manche.

Remerciant laconiquement la forgeuse, elle se dirigea d'un pas ferme et rapide vers le Zaap. Direction Madestram.

Elle passa la soirée à interroger tous les habitants, le moindre pêcheur ou même clochard, les enfants qui jouaient dans les filets de pêche, à la recherche du moindre indice, de la moindre personne qui aurait ou voir un étranger rôder dans les environs ou près de la Caravane. Sans résultat.

Décidant de se fier à ses sens de féline, elle retourna sur le lieu du drame. Leekhan avait déjà emmené le corps, ne laissant pas la possibilité aux authorités de l'autopsier, par respect pour leur compagnon.
La nuit tombait déjà, et elle mit quelques temps avant de trouver une trace brunâtre sur le sol. Le sang séché de son ami.

S'accroupissant pour chercher des traces, la première larme lui vint enfin. Libérée de son carcan, de sa solide carapace qu'elle montait contre le monde extérieur, pour ne montrer que la forte guerrière, elle redevint une fragile et jeune Ecaflipette. L'unique larme se multiplia, et ce fut bientôt un filet continu qui s'échappa des yeux de Khaalya, coulant sur son visage crispé, et s'écrasant à ses genoux, se mêlant au sang séché de Belomen. Elle regarda un instant ses larmes redonner corps au fluide vital, et rugit de désespoir dans la nuit.

"Ecaflip! Pourquoi? Pourquoi me retirer mes semblables comme ca? Donne moi le pouvoir de les faire revenir, de leur redonner vie comme mes larmes redonnent vie à ce sang!"

Elle se rendit compte qu'elle hurlait toute seule au milieu des arbres. Comme prise d'un accès de folie, elle sorti sa dague qui étincella à la lumière de la lune, et courrut tout droit, là où son instinct la guidait. Si Ecaflip ne pouvait lui permettre de ressuciter les morts, au moins la guiderai t'il peut être à la vengeance.

Elle courrut toute la nuit, traversant Amakna, ne prenant même pas le temps dáchever les quelques sangliers qui se mettaient sur son chemin.
Elle traversa la presqu'île des dragoeufs en un éclair, puis Gisgoul, passant non loin du temple. Repensant aux horreurs qu'elle avait comises là bas, son rythme ralenti, et elle se rendit compte tout à coup de son extrême fatigue.

Un vent violent fouettait les landes de Sidimotes, soulevant des masses de sable noir qui la faisaient suffoquer. Cherchant un abri, elle trouva la familière mine, dans laquelle elle avait appris à trouver les minerais les plus fins et les plus précieux. Elle ne fit que quelques pas dans les boyaux...

Elle ignorait totalement pourquoi elle se trouvait là, si c'était son instinct qui l'y avait menée, ou les brûmes de sa tristesse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khaalya
Bourreaute officielle
avatar

Nombre de messages : 845
Age : 33
Classe : C'est vital!
Date d'inscription : 08/05/2007

MessageSujet: Re: Le carnet de Khaalya   Dim 4 Nov 2007 - 22:27

6 Aouctor 637

Khaalya était encore sous le choc.

La disparition du cadavre de leur ami était pour le moins étrange, mais ce n'était rien à côté de la surprise qu'elle avait eu en sortant de la banque hier.

Belomen, ou en tout cas il lui ressemblait comme deux gouttes d'eau, l'abordait avec un sourire charmeur. Abasourdie, elle avait voulu prendre dans ses bras ce félin qui n'était visiblement pas au bout de ses 99 vies.

Mais il avait réagit comme un étranger, ne semblant pas la reconnaitre, même pas quand elle le mit à terre d'un revers de main, comme cela lui était arrivé plusieurs fois alors qu'il voyageait encore dans la Caravane.

Odhana était arrivée à ce moment là, mais sa réaction avait été un peu différente. Visiblement convaincue que Belomen bluffait, donnait une excuse bidon pour la tromper, elle lui avait sauté dessus, rouge de colère.

A la surprise des deux femmes, là ou le doux Belo qu'elles connaissaient se serait laissé roué de coups, celui-ci avait envoyé la Craette au tapis, et il fallu que Khaalya intervienne pour arrêter son bras.

Intriguées, elles avaient décidé, ou plutôt Khaalya avait décidé, car Odhana feignait l'ignorance, certainement outrée du comportement de son défunt-vivant mari, de tenter de ramener en lui une étincelle de mémoire, qu'il prétendait visiblement avoir perdu.

Leekhan aussi l'avait acceuilli avec un geste de fureur alors qu'ils se dirigeaient vers le sanctuaire des Dragoeufs, où ils avaient passé tant de temps ensembles.
C'était avec un éclair belliqueux dans les yeux que Belomen avait répliqué et menacé de s'en aller, ne voyant aucune raison de rester avec "des étrangers aux si mauvaises manières, et dont il n'avait que faire, eux et leur prétendue affection".

Pourtant, il les avait accompagnés. Certains signes ne pouvaient tromper, c'était bien lui, malgré sa froideur et une rage au combat qui ne lui ressemblait pas.

Désespérée de n'avoir pas retrouvé son protégée alors qu'au premier instant son coeur avait été empli d'une joie et d'un espoir fous, Khaalya finit par se retirer, lui demandant malgré tout de leur rendre visite au campement. Elle rêvait toujours de lui rappeler qui il était, qu'il revienne avec eux partager autant de bons moments.
Et ce même si des choses devaient changer à jamais.



8 Aouctor 637

Ce matin là, contrairement à ses habitudes, Khaalya n'était pas partie à la chasse. Depuis l'arrivée de Nevermind à la Caravane, elle passait de plus en plus de temps à entretenir la roulotte de Minotoris. Elle voyait en effet en lui le candidat idéal pour sa roulotte, sont imposante musculature et son maniement de la hache ayant fait leurs preuves. Elle en était sure, il deviendrait Minotoris. Enfin au moins elle l'espérait, et elle ferai ce qu'elle pourrai pour l'attirer, malgré le fait qu'il soit très proche d'Odhana, dont l'originalité sembliat avoir une emprise sur lui.

Sortant le tapis en poil de léopardo pour le secouer sur les marches, son regard s'accrocha à une silhouette familière. Belomen, qu'elle reconnu instantanément même s'il portait toujours ce masque biscornu, se tenait debout à l'entrée du campement, paraissant hésiter à faire un pas de plus.

Lachant le tapis, la féline se redressa, l'étincelle qui lui illuminait les yeux quelques secondes auparavant se ternissant. Non qu'elle ne fut heureuse de revoir son protégé, mais la dernière rencontre avec lui n'avait pas pu totalement refermer les plaies ouvertes alors qu'elle le croyait mort.

Elle descendit lentement les quelques marches et se dirigea vers l'Ecaflip. Forcant un sourire, elle lui dit:


"Je suis contente que tu sois venu. Peu m'importe que tu veuilles ou non retrouver ta mémoire maintenant. Si Ecaflip a voulu que tu la perde, je ne crois pas qu'il ait pu altérer ta personnalité. Tu étais mon ami, et je crois que tu peux encore l'être, ainsi que celui des autres Caravaniers qui, je peux te l'assurer, t'ont tous apprécié.

Viens, je vais te faire visiter ce qui fut une partie de ton ancienne vie."

Ils passèrent le début de l'après midi ensemble, visitant une à une les roulottes désertes de leurs occupants vacant à leurs occupations journalières. Plusieurs fois, Hhaalya cru percevoir des tics nerveux de Belomen lorsqu'il prenait en main des objets qui lui étaient auparavant.

Mais ce qui la surprit le plus c'est lorsqu'elle ouvrit son ratelier pour lui montrer les dernières épées de sa création, que le félin regarda avec admiration, faisant rouler quelques unes des lames d'un mouvement de poignet pour en apprécier l'équilibre... Là où le Belo qu'elle connaissait aurait jeté un regard vide, voir presque condescendant, avant d'aller s'affaler au pied d'un arbre.

La surprise se mélangea à une douce sensation de plaisir et d'espoir quand elle l'imagina devenir un fier guerrier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khaalya
Bourreaute officielle
avatar

Nombre de messages : 845
Age : 33
Classe : C'est vital!
Date d'inscription : 08/05/2007

MessageSujet: Re: Le carnet de Khaalya   Mer 5 Mar 2008 - 1:43

Ces derniers mois avaient été particulièrement riches en changements.

La rééducation de Belomen ne s'était bien sur pas faite sans heurts, d'autant plus violents lorsqu'il était brutalement mis face à son passé, aux gens qui l'avaient cotoyé et le considéraient toujours comme ce félin à la tendance dépressive et dont la mort avait été même ressentie comme un soulagement pour lui par certains.

L'arrêt définitif de la Caravane du Silence avait presque fait perdre le contact entre Khaalya et celui qu'elle considérait comme son pupille, alors qu'ils avaient suivi deux routes différentes.

L'Ecaflipette avait rejoint le château des Moyocoyas où elle y avait de bons contacts, et avait réussi à s'épanouir au sein d'un groupe qui lui apportait plus qu'elle n'aurai jamais pu rêver dans sa petite roulotte.
L'Ecaflip, lui, avait décidé d'user un peu plus ses coussinets et de rejoindre Niabea afin de tenter de faire renaitre les Chevaliers de Mystra de leurs cendres. Entreprise périlleuse, mais plutôt réussie à ce jour.

Il y avait donc peu d'occasions pour que nos deux félins se croisent, mais ils s'écrivaient à intervalles réguliers. Belomen semblait faire de gros efforts pour s'entrainer et arriver à une maitrise du combat qu'il serait en mesure de montrer fièrement à sa mentor. Khaalya suivait donc avec attention chaque courrier qu'elle recevait, envoyant de temps en temps des réponses d'encouragement ou des conseils sur les techniques et équipements. Elle ne décela jamais le ton d'attachement et de douceur imprégné dans chaque mot, les sous entendus parfois très maladroitement glissés. Elle ne voyait en Belomen que ce qu'elle y avait toujours vu: un Ecaflip dont le potentiel ne faisant aucune doute en tant que guerrier, dès qu'il aurait réussi à se débarasser de cette timidité maladive. Son propre attachement pour lui, elle ne l'interprétait que comme celui qu'un professeur a pour un bon élève.

Et pourtant, un beau jour de Martalo...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khaalya
Bourreaute officielle
avatar

Nombre de messages : 845
Age : 33
Classe : C'est vital!
Date d'inscription : 08/05/2007

MessageSujet: Re: Le carnet de Khaalya   Jeu 6 Mar 2008 - 13:22

Khaalya se promenait tranquillement dans les rues de Bonta, se dirigeant vers les boutiques de tailleurs afin d’admirer les dernières créations, alors qu’elle aperçu un attroupement de jeunes enfants tentant de maitriser un homme au sol à grand renforts de rires et de chatouilles. Le visage de l’homme en question n’était pas visible, noyé sous la masse grouillante des bambins, mais Khaalya pouvait l’entendre rire aussi en se défendant bien mollement contre les assauts qu’il aurait visiblement pu balayer d’un revers de la main. Souriante, elle dépassa le groupe, continuant son chemin.

Elle n’avait pas fait deux mètres que les rires s’arrêtèrent et qu’elle senti une présence dans son dos. Ses réflexes de guerrière tendirent tous ses muscles et sa main se porta au pommeau de sa hache. Faisant volte face en une fraction de seconde, l’inconnu se retrouva avec le tranchant de la lame prêt à lui trancher la gorge avant qu’il ne comprenne ce qu’il lui arrivait.

Belomen, tout poussiéreux de sa bagarre avec les enfants, eu un regard qui changea de la frayeur mêlée de surprise à un regard pétillant de malice.


« Eh bien, je vois que tu n’as pas changé, toujours aussi prompte à sortir ton arme Khaalya »

Rougissante de honte d’avoir une nouvelle fois mis en joue son ami, Khaalya tenta de camoufler son arme derrière son dos et d’arborer un sourire naturel.

« Oh Belo ! Comment vas-tu ? Tu avais l’air bien occupé, je n’ai pas voulu te déranger. »

Elle devait pourtant bien se l’avouer, elle n’avait pas le moins du monde supposé que cet homme fut l’Ecaflip. Il avait bien changé. Son entrainement avait visiblement porté ses fruits, et cela se ressentait sur l’ensemble de sa silhouette, ainsi que dans l’assurance de son regard. Le petit frémissement agitant parfois son pelage laissait deviner à l’Ecaflipette qu’il maitrisait désormais l’ensemble des sorts de combat pratiqués couramment par les félins. Simplement vêtu de son chapeau Leufère et de sa cape Aillée, Khaalya se surprit à le trouver séduisant.

Chassant cette idée, elle l’entraina dans sa promenade, jouant son rôle de mentor et lui demandant les détails de son entrainement et de ses techniques. Il la surprit à plusieurs reprises par les équipements onéreux qu’il avait réussi à se procurer. Ses diverses aventures lui avaient amené une richesse qu’il considérait avec un grand détachement, aimant surtout en faire profiter ses proches.


« … d’ailleurs je suis sur le point de me faire fondre une bague Houx. Tu m’avais dit que tu en voulais une, je pourrais te la... prêter sur le long terme!
- Tu veux m’offr.. me prêter une bague ? fit Khaalya en écarquillant les yeux. Mais… Enfin, surtout celle-ci, vu son prix !
- Oh tu sais, répliqua Belomen rougissant, j’ai peur de ne jamais trouver un cadeau assez beau pour t’exprimer mon am… mon attachement pour toi, finit-il en forçant un rire, espérant camoufler son lapsus»

Ce fut comme si tout un monde s’écroulait pour Khaalya, un monde tel qu’elle l’avait toujours imaginé, pour laisser place à une réalité incroyable. Bas les masques, les acteurs montrent leur vrai visage. Si elle n’avait habituellement pas l’esprit très fin pour détecter lapsus et sous entendus dans les conversations, le nouveau regard qu’elle avait sur Belomen aujourd’hui ne lui avait pas fait rater celui-ci.

Belomen, amoureux d’elle ? Toute leur histoire commune défila dans son esprit, depuis le jour ou Odhana les avait présentés juste avant leur mariage, jusqu’à aujourd’hui. Elle se rappela de tous ces moments où l’Ecaflip, qu’elle avait pris très vite sous son aile, tentait maladroitement de la rendre fière de lui, de sa mort que Khaalya avait ressenti comme une perte qu’elle ne pourrai jamais combler. De son incroyable résurrection, et de sa rééducation suite à l’amnésie totale qu’il avait subie, mêlant moment particulièrement durs et moments d’espoir. Espoirs de retrouver son ami, son pupille. Et ces espoirs avaient été totalement dépassés : le nouveau Belomen avait gagné en assurance, en volonté de vivre.

Ce ne fut qu’à ce moment qu’elle comprit. Toutes ces émotions intenses à chaque fois qu’une chose arrivait à Belomen ce serait… de l’amour ?

Mais Ergodyne… Ergodyne… Elle se rendit compte à quel point son mari ne comptait plus pour elle, particulièrement après son départ sans la moindre explication, il y avait plusieurs mois. Pas une lettre, pas une nouvelle de lui n’était arrivée jusqu’à la féline. Il était peut être mort à l’heure actuelle. Leur relation s’était peu à peu distendue alors de leur entrée à la Caravane, Ergodyne voyageant beaucoup et passant son temps dans les tavernes avec Vodkazawa. L’amour de jeunesse, qui leur avait fait partager bien des aventures, avait fini par s’évanouir, laissant un manque cruel à l’Ecaflipette, qu’elle comblait la plupart du temps par un regain de violence, dont l’apogée fut ce terrible épisode où elle fut possédée par Rushu.

Belomen se tenait devant elle, avec un sourire hésitant, tentant sans doute de lire dans son esprit ce qui causait son trouble bien visible. Il était beau. Il était tendre. Il était attentionné. Il était amoureux d’elle.


« Tu… tu es amoureux de moi Belo ? »

La manière si directe de poser la question fut comme un coup dans le ventre de l’Ecaflip, dont les joues tournèrent instantanément au rouge, puis au pourpre. Il lui fallu quelques seconde pour maitriser un bégayement et arriver à articuler.

« Oh euh… Je ne sais plus trop à vrai dire. Enfin, tu es la personne la plus importante de cette terre pour moi. Tu es ce que j’ai de plus cher… Par moment je mélange peut être un peu amour et amitié sincère te concernant… Mais n’y fais pas attention, cela n’a vraiment aucune importance. »

Aucune importance ? Etait-ce sa timidité ou le pensait-il vraiment ? Comment cela pouvait-il n’avoir aucune importance ? Khaalya en resta bouche bée.

« Je… excuse moi, continua Belomen, gêné, oublie ca, je ne voudrais surtout pas que cela change quoi que ce soit pour toi, je n’ai aucune envie de perdre ce qui me rend déjà immensément heureux. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le carnet de Khaalya   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le carnet de Khaalya
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [A faire vivre] Carnet de dessins d'Yvengel Wercer
» [Warhammer JDR] Carnet de route de Maximilian Krieger
» [RP] Carnet de bord champenois
» [RP-fermé] Carnet de note de Septime Severe
» Carnet de Fio'vral, archeologue

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Moyocoya :: Tavernier, une bière! :: Les belles histoires-
Sauter vers: